Musée national historique de Tirana

Pour ne citer que la réplique de l'épée de Skanderbeg, de nombreux trésors vous attendent au sein du Musée national historique de Tirana. Présentées en majeure partie en anglais, les expositions vous feront voyager au cœur de l'histoire de l'Albanie, depuis l'époque de l'ancienne Illyrie à la période postcommuniste.

Histoire

Le Musée national historique d'Albanie a officiellement ouvert ses portes le 28 octobre 1981 à Tirana. Etabli sur la place Skanderbeg, il occupe un bâtiment à l'allure imposante, dont l'architecture s'inspire de l'esthétique soviétique. Sur sa façade, une gigantesque mosaïque évoque « l'élan du peuple albanais vers son indépendance et son identité ». Parmi les experts ayant contribué à la construction de ce remarquable édifice, on retrouve les architectes Enver Faja, Petraq Kolevica, Sokrat Mosko et Nina Shehu.

Visiter le musée national historique d'Albanie

Parmi les 27 000 m² de la superficie totale du Musée national historique, 18 000 m² sont consacrées aux expositions. 6 200 objets en composent la collection et retracent une longue période allant de l'ancienne Illyrie à l'époque postcommuniste. La scénographie adopte un ordre chronologique afin de faciliter la découverte : le rez-de-chaussée est dédié aux ères préhistoriques, grecques et romaines, tandis que le premier étage vous plonge au cœur du Moyen Âge et de la Renaissance albanaise. Les expositions sont ensuite réparties à travers huit pavillons.

Les huit pavillons du plus grand musée d'Albanie

Le Pavillon de l'Antiquité, la plus importante section et la plus riche du musée, abrite plus de 500 objets datant du Paléolithique supérieur au VIIIe siècle, dont des vestiges de la colonie préhistorique de Maliq. Le Pavillon du Moyen Âge montre l'expansion économique et politique, la vie sociale et culturelle des Albanais à partir du VIe au XVIe siècle. Il y existe un espace consacré à la Principauté d'Arber. L'une des pièces incontournables est l'épitaphe de Gllavenica réalisée en 1373. Des photos, des gravures anciennes et autres objets retracent la lutte menée par Skanderbeg contre l'occupation ottomane.

Le Pavillon de la Renaissance expose une série de documents, de livres, de billets de banque, de photographies, de drapeaux et d'armes du XIXe siècle à 1912. Le drapeau de la Société patriotique « Désir », appartenant à la colonie de Sofia en Bulgarie, possède une valeur nationale. Vous aurez également l'occasion de voir de plus près le bureau et la collection personnelle de livres de Sami Frasheri (1825-1904), une figure illustre de l'idéologie albanaise.

Le Pavillon de l'Indépendance présente les actes clés dans l'histoire politique du pays, dont la constitution du premier gouvernement provisoire albanais après la proclamation de l'indépendance le 28 novembre 1912. Vous en saurez davantage sur la Conférence des Ambassadeurs à Londres en 1912, le règne du prince Wied en 1914, les conflits politiques entre Fan Noli et l'élite dirigeante en 1924, etc.

Dans un thème plus culturel et artistique, le Pavillon de l'Iconographie albanaise met à l'honneur l'art post-byzantin en Albanie à travers une collection d'icônes et de portes saintes, un proskynétarion, ainsi qu'une iconostase recueillie auprès de la chapelle du monastère de Saint-Jean Vladimir à Elbasan. Les objets proviennent de différentes églises : Fieri, Gjirokastër, Berati, etc., et datent du XVIe au XIXe siècle. Les œuvres portent la signature des meilleurs peintres du pays comme Onufri, David Selenica, les frères Zografi, Kostandin Shpataraku et bien d'autres encore.

Les 220 objets du Pavillon de la Guerre antifasciste illustrent les événements marquants depuis la guerre de Vlora en 1920 au dénouement de la Seconde Guerre mondiale en 1945. L'exposition présente entre autres les actions des intellectuels albanais contre le régime fasciste dans les années 1920 et 1930. Créé en 2012, le Pavillon de la terreur communiste du Musée national historique offre une excellente documentation sur la période du système de parti unique en Albanie entre 1945 et 1990. Un film fourni par le Centra Film Archives enrichit le contenu historique de cette section, en plus des photographies et des documents reconstituant la répression de l'opposition anticommuniste. Des vitrines conservent des reliques des antagonistes au régime de l'époque.

Enfin, vous avez le Pavillon de Mère Teresa qui présente la vie familiale, religieuse et caritative de la sainte. Outre les effets personnels, vous y trouverez des photos de Mère Teresa en compagnie de hautes personnalités comme Bill Clinton, Jacques Chirac, Ibrahim Kodra, etc.

Outre les collections dans les salles d'exposition, qui peuvent parfois servir d'espace de conférence et de réunion, de nombreuses archives et laboratoires albanais sont également conservés au sein du Musée national historique.

Comment s'y rendre ?

Située à une dizaine de kilomètres au nord-ouest de la ville, l'Aéroport international de Tirana dispose d'une liaison avec des métropoles européennes telles que Rome, Vienne et Munich, mais pas encore avec Paris. Des trains relient la capitale à Shkodra et Durres. Il est possible de rejoindre Tirana en bus depuis Athènes en Grèce et Prishtina au Kosovo. Au sein de la capitale, vous pouvez prendre un bus ou un taxi pour arriver sur la place Skanderbeg.

Horaires et tarifs

Le Musée national historique de Tirana est ouvert tous les jours, sauf le lundi. Du mardi au samedi, les portes ouvrent à 10h et ferment à 17h. Le dimanche, les visites sont limitées entre 9h et 14h. Le prix d'entrée standard est de 500 leks. Ce tarif est réduit pour les groupes de plus de 12 individus, les étudiants possédant une carte justificative, les enfants de 12 à 18 ans, les handicapés et les retraités. L'accès est gratuit pour les enfants de moins de 12 ans.

Bonjour

Je suis Quentin de "Breathe in Travel". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
06 86 38 56 25