La lagune de Karavasta

Au printemps, la lagune de Karavasta offre un spectacle naturel que les passionnés de photographie apprécieront sans nul doute. Observez les pélicans et les flamants roses vivre en toute liberté dans un environnement préservé, tout en vous laissant bercer par l'odeur des pins au sein de la plus grande lagune d'Albanie.

Histoire

La lagune de Karavasta s'est formée il y a environ quatre siècles. Elle a atteint ses contours actuels au début du XIXe siècle, tandis que des lagunes de plus petite taille, appelées godullas sont peu à peu apparues à sa lisière entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle. La zone est de ce fait principalement constituée de dépôts argileux et sableux. Les flancs ouest des collines de Divjaka sont composées de sables, d'aleurites et de conglomérats datant de l'époque du Pliocène. Une couche visqueuse distingue la partie centrale de la lagune, bordée à sa périphérie de sable, de tourbe et de sous-argile. Il existe peu d'eau souterraine sur le site. L'accumulation et l'alluvion des rivières Shkumbin et Seman, ainsi que la houle de la mer Adriatique ont incessamment influencé le paysage du littoral de la région. La barre de sable de Divjaka s'est progressivement développé, jusqu'à créer une séparation entre la mer et le lagon.

Ces dernières décennies, la chasse, la pollution et les exploitations agricoles ont beaucoup impacté sur l'environnement naturel albanais. De nombreuses zones ont souffert du drainage au cours des années 1960 pour l'aménagement des terres agricoles. La rivière Shkumbin qui a servi pour les rejets de l'industrie métallurgique de la ville d'Elbasani a vu sa quantité totale d'eau réduite de moitié, causant la réduction de la population de poissons et de pélicans. La situation a échappé au gouvernement en raison de la rapidité du développement.

Après un certain temps, les autorités albanaises ont finalement pris conscience de la menace environnementale. Avec l'aide de différentes agences et organisations internationales, des plans ont été élaborés pour réglementer la chasse, les pratiques agricoles et la pollution dans la région. D'autre part, un camp de repos et des gîtes ont été créés dans les bois pour promouvoir l'écotourisme. Déclaré Zone Importante pour la Conservation des Oiseaux et site Ramsar en 1994, la lagune de Karavasta a reçu le statut de site Emeraude selon la convention de Berne en 2008.

La lagune de Karavasta aujourd'hui

La plus grande lagune d'Albanie, Karavasta, se trouve sur la rive orientale de la mer Adriatique et occupe 4 300 ha de superficie au cœur du Parc national Divjaka-Karavasta.

Un refuge pour les oiseaux

La lagune de Karavasta est un carrefour important pour les espèces aviaires migratrices. Les îles naturelles qui la parsèment tiennent un rôle clé pour la conservation des oiseaux, fournissant à ces derniers un environnement adapté pour se réfugier, se nourrir, se reproduire et hiverner. Selon les derniers recensements, 240 espèces d'oiseaux, migrateurs et hivernants confondus, profitent de l'écosystème tout le long de l'année. Les estimations indiquent 50 000 individus en 2018, avec en majorité des passereaux. Entre janvier et juin, la lagune constitue le principal site de nidification et de reproduction du Pélican frisé dans tout le pays. En dehors de l'avifaune, le Parc national de Divjaka-Karavasta héberge de nombreuses variétés de mammifères, de reptiles, de mollusques, d'amphibiens et d'insectes, dont des espèces en voie de disparition.

Des sites passionnants à découvrir

Certains éléments sont incontournables au sein de la lagune de Karavasta, notamment l'île des Pélicans. Ne ratez pas non plus le pin quadri-séculaire, l'oasis de Divjaka et le cordon littoral qui composent des scènes naturelles fascinantes. La zone abrite également des monuments byzantins qui revêtent la lagune d'une certaine importance culturelle et historique. Touristiquement, c'est une destination en plein essor, avec plus de 400 000 visiteurs par an. L'observation des oiseaux se pratiquent quasiment toute l'année. Au cœur de la forêt, une tour en bois de 30 m de haut vous permet d'avoir une vue panoramique sur le parc au-dessus des sapins.

La lagune de Karavasta et le Parc national Divjaka-Karavasta en général fournissent une source de revenus à la population locale. Pour leur subsistance, les habitants proposent différentes prestations, allant de l'artisanat à la restauration, en passant par la pêche traditionnelle et les visites guidées dans le respect de la réglementation en vigueur. Des promenades en kayak et en barque sont également accessibles.

Comment s'y rendre ?

L'itinéraire le plus simple consiste à rejoindre tout d'abord la ville de Divjaka. Depuis Durrës, empruntez la SH4 et bifurcation sur la SH57 après le virage pour Elbasan. Il vous suffit ensuite de suivre les panneaux pour pénétrer dans le Parc national de Divjaka-Karavasta. Il n'y a pas encore de transports publics qui desservent directement le parc.

Depuis Tirana ou Durrës, une autre solution est d'embarquer dans un bus à destination de Fier, Lushnjë ou Berat et de descendre au croisement des routes SH4 et SH57. Des taxis stationnent généralement au niveau du rond-point et sont disposés à vous déposer à l'entrée du parc.

Bonjour

Je suis Quentin de "Breathe in Travel". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
06 86 38 56 25